Actualités congolaises et africaines.

Kenya – Violences électorales – Bis repetita?

Une fois de plus, une élection présidentielle sera peut-être suivie par une série de troubles qui risquent de plonger le Kenya dans le chaos. Le scénario est toujours le même : la victoire du président sortant Uhunu Kenyatta annoncée par la commission électorale a soulevé un véritable tollé chez les partisans de son rival. L’Afrique, une fois de plus, va connaître un épisode mouvementé dans son apprentissage de la démocratie.

Le Kenya a connu une certaine prospérité sous la présidence d’Uhunu Kenyatta. Cependant, son accession au pouvoir en 2013 fut entachée par des émeutes sanglantes qui ont suivi sa victoire déjà contestée par l’opposition.

La répression des manifestations de contestation fut meurtrière. Elle se solda par la mort de plusieurs centaines de Kenyans.

La communauté internationale finit par accepter l’élection de ce président. Ce dernier a fait deux mandats et durant ces deux quinquennats, le pays fut cité en exemple pour sa prospérité économique.

Mais cette réussite n’a pas fait que des heureux, car elle s’est faite au détriment des libertés démocratiques.

Aujourd’hui, l’opposition revient en force et rallie les suffrages de tous les laissés pour compte de cette croissance exceptionnelle. Raila Odinga, le challenger, affirme qu’il y a eu des fraudes massives ayant permis cette victoire contestée.

Il est prêt avec ses partisans à descendre dans la rue pour empêcher ce qu’il qualifie de déni. Les observateurs se disent inquiets de la tournure que pourrait prendre la tournure des événements, car aucun camp n’a l’intention de céder.

Pour l’instant, on n’est qu’au début du processus de proclamation des résultats. Mais la violence qui a eu lieu, il y a dix ans, fait craindre le pire. La communauté internationale reste circonspecte pour le moment et appelle à la retenue.

Néanmoins, personne ne peut prédire ce qui va arriver. Une fois de plus, un pays d’Afrique va faire les gros titres des journaux pour la difficulté de ses hommes politiques à jouer le jeu de la démocratie.

PR/MM/LC

Que pensez-vous de cet article?
  • Rien à dire (0)
  • Stupide (0)
  • Triste (0)
  • Amusant (0)
  • Intéressant (0)
Vous pourriez aussi aimer