La pollution sonore se porte toujours bien à Kinshasa

Les tapages nocturnes et diurnes ont la peau dure chez les Kinois.

Ce n’est pas de sitôt qu’on cessera de décrier le phénomène dans la ville étant donné que les tenanciers de débits de boisson et autres responsables d’église de réveil sont loin de comprendre que la nuisance sonore nuit à la santé humaine. Ils foulent ainsi aux pieds la réglementation sur les tapages nocturnes et diurnes, produits par la musique à tue-tête distillée par ces débits de boisson et églises dites de réveil.

Cela ne permet pas aux voisins et passants de jouir des bienfaits du repos et de la tranquillité.

Toutes les communes de la capitale sont touchées par ce phénomène, avec notamment ces débits de boisson en plein air et le long de grandes artères, comme on en trouve à Lemba. Les habitants des avenues Apate, Botango, Kayange, Kama, Elila, Kasumu dans la commune de Lemba dénoncent le tapage nocturne occasionné par la musique tonitruante diffusée par des débits de boisson, surtout lors des fêtes ainsi que d’autres cérémonies (mariage, retrait de deuil, collation, baptême…) et lors de séances de prière, organisées surtout par les églises dites de réveil.

LE PHÉNOMÈNE INQUIÈTE

Ce phénomène, qui prend des propositions inquiétantes, bouleverse la vie des habitants de cette municipalité qui voient leur sommeil perturbé.

Et cela malgré l’interdiction de l’Hôtel de ville de Kinshasa. Dans la capitale, chaque événement donne lieu à une fête, à une occasion de réjouissance. A cette occasion, la musique est diffusée jusqu’au petit matin.

Interrogé, un habitant de l’avenue Kama a déclaré avec regret que cette situation doit être prise très au
sérieux par l’autorité urbaine. « On se demande s’il n’y a pas de loi dans cette ville; et même s’il y en a, l’application pose un sérieux problème », a-t-il déploré. Aussi a-t-il fait valoir, sur ces avenues, les habitants du voisinage sont dérangés chaque week-end par la nuisance sonore.

Pour Christian Talekula, les gens jouent abusivement la musique. « C’est vrai parfois, lorsqu’on est en fête, que la musique permet la réjouissance ; mais pas jusqu’à priver les autres du sommeil».

C’est ainsi que la population lance un appel aux autorités, en vue de réguler cette situation. Il serait souhaitable de célébrer les fêtes de mariage et autres cérémonies de réjouissance dans un cadre qui ne nuit pas outre mesure. Les églises de réveil devaient s’interdire d’installer des baffles à l’extérieur de leur cadre de leur prière. Trop de bruits sonores nuisent non seulement aux oreilles mais aussi à la santé humaine de façon générale.

À l’autorité urbaine et à ses services de faire le suivi en s’assurant de l’application de la mesure interdisant la nuisance sonore, tant le jour que la nuit, sur toute l’étendue de la ville.

NA/UCC/LC

Que pensez-vous de cet article?
  • Intéressant (3)
  • Rien à dire (0)
  • Stupide (0)
  • Triste (0)
  • Amusant (0)

Vous pourriez aussi aimer Plus d'articles