Les journalistes persécutés par les autorités du Kasaï Oriental – LeCongolais v2.7




TAUX DE CHANGE (Franc Congolais)

  • US Dollar937.00
  • Euro1167.8394
  • UK Pound1466.3113
  • SA Rand84.8232
  • Franc CFA1.7808




Publié: 24 jan 2012

Les journalistes persécutés par les autorités du Kasaï Oriental


Le gouverneur Alphonse Ngoyi Kasanji traque aujourd’hui cette presse qui l’avait pourtant épaulé dans CODEKOR/Diamant, CPD, FECODI, et pour la récupération du diamant dit de « Ngokas ». Tel est le tableau sombre peint par le Centre d’études et de formation populaires pour les droits de l’Homme (CEFOP/DH).

Selon le CEFOP, la presse a été la bête noire des autorités du Kasaï Oriental au cours de l’année 2011. Pour preuve, cette ONG énumère quelques cas parmi tant d’autres.

Pierre Tshishiku, cameraman à Radio Lisanga Télévision (RLTV), une chaîne proche de l’opposition émettant à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental, a été incarcéré le samedi 29 octobre 2011 à l’état-major de la Police nationale congolaise où il a été détenu pendant trois jours.

Il était parti couvrir les échauffourées qui ont opposé les militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, parti d’opposition) à ceux de la majorité présidentielle, un jour après le lancement officiel de la campagne électorale.

Après la dispersion des manifestants à coup des gaz lacrymogènes, matraques et à balles réelles par les agents de la police, il a été pourchassé dans une parcelle environnante par un groupe d’éléments de la police.

Ayant réussi à l’arrêter, les policiers l’ont ligoté et conduit au siège local de l’UDPS qu’ils avaient assiégé pendant quelques temps, avant de le transférer aux locaux de l’Inspection provinciale de la PNC/Kasaï Oriental où il a été détenu jusqu’à sa libération. Il aurait été libéré grâce à l’intervention du ministre provincial de l’Intérieur suite à une demande lui formulée par la rédaction de la RLTV.

Lambert Mbuyi, directeur de la Radiotélévision Débout Kasaï (RTDK), une station émettant à Mbuji-Mayi, a été convoqué le mardi 12 avril 2011 au bureau de l’Agence nationale de renseignements (ANR) pour avoir laissé diffuser une émission jugée « diffamatoire» à l’endroit des autorités provinciales.

Selon la relation des faits, la RTDK aurait diffusé le lundi 11 avril 2011 à 21 heures locales, une émission intitulée « Face-à-face » où l’animateur recevait comme invité M. Robert Ntambwe, président provincial du Parti travailliste (PT), un parti d’opposition.

Ce dernier s’était interrogé sur la pertinence de la nomination d’un ministre provincial chargé du processus électoral au sein du gouvernement provincial aussi longtemps que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) existe. Pour lui donc, l’existence de ce ministère prouvait à suffisance que le gouvernement provincial avait l’intention de tricher aux élections.

Serge Bitangilayi, journaliste à Radio Mont Carmel Télévision (RMCTV), une station communautaire émettant à Mbuji-Mayi, a été interpellé pendant trois heures le samedi 4 juin 2011 au bureau local de l’Agence nationale de renseignements (ANR).

Il a été reproché au journaliste d’avoir diffusé, sans l’autorisation des autorités provinciales, le vendredi 3 juin 2011 à 20 heures, des images de l’inscription sur la liste électorale de M. Etienne Tshisekedi, leader de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) et candidat déclaré à l’élection présidentielle du 28 novembre 2011.

Serge Kayeye, cameraman à Radio Mont Carmel Télévision (RMCTV), a été arrêté le vendredi 28 octobre 2011 par des éléments de la Police nationale congolaise.

Il lui a été reproché de prendre en images la répression violente, par la police, d’une manifestation du Parti Travailliste (PT), un parti d’opposition soutenant la candidature à la présidentielle de M. Etienne Tshisekedi, leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Selon les faits, Kayeye avait été envoyé par sa rédaction couvrir le lancement officiel de la campagne électorale des candidats députés du Parti Travailliste.

Après la dispersion violente des manifestants, les agents de police s’étaient attaqués à Kayeye en réussissant à mettre la main sur lui. Il aurait été libéré quelques heures après son arrestation.

Radio Nsanga, Radio Sentinelle, Radio Mont Carmel et Radio Lisanga Télévision (RLTV), stations émettant à Mbuji Mayi, ont été contraintes à cesser d’émettre le lundi 7 novembre 2011, suite à l’action menée par l’administrateur adjoint de l’antenne locale de l’Agence nationale de renseignements (ANR) qui aurait ordonné aux agents de la Société nationale d’électricité (SNEL) de couper l’électricité à RLTV qui partage le même immeuble avec ces médias.

A en croire les observateurs, la RLTV a reçu, le lundi 7 novembre 2011 vers 7 heures, une visite impromptue de l’administrateur adjoint de l’ANR qui aurait mis en exécution ses menaces de réduire au silence ce média.

Selon le rapport de JED, il a ordonné aux agents de la SNEL de couper l’électricité et aux techniciens se trouvant sur le site où est logé l’émetteur de ce média de couper le signal d’émission.

Partageant le même bâtiment avec la RLTV, la Radio Nsanga, la Radio Sentinelle et la Radio Mont Carmel ont ainsi vu également leur électricité coupée.

La RLTV/Mbuji-Mayi a été réduite au silence après la diffusion, le dimanche 6 novembre 2011, par sa station de Kinshasa, capitale de la RDC, prise en relais, d’une intervention par téléphone à partir de l’Afrique du Sud du candidat à la présidentielle et leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, M. Etienne Tshisekedi.

Intervention au cours de laquelle il s’était, notamment, « autoproclamé » président de la République, à quelques semaines des élections prévues pour le 28 novembre 2011.

DONATIEL NGANDU MUPOMPA

facebook comments: