Les kinoises s’habillent en se déshabillant – LeCongolais v2.7




TAUX DE CHANGE (Franc Congolais)

  • US Dollar919.00
  • Euro1205.7649
  • UK Pound1516.3132
  • SA Rand85.6062
  • Franc CFA1.839




Publié: 3 déc 2012

Les kinoises s’habillent en se déshabillant


Actuellement, tout le monde se plaint de l’habillement des jeunes filles dans la capitale, en particulier. Jadis respectueuse, la jeune fille congolaise a perdu ses valeurs, surtout en ce qui concerne sa tenue vestimentaire.

Dans le temps ancien, il était difficile de voir la femme congolaise exposer une partie intime de son corps. Parce que cette femme s’habiller décemment, toujours en pagne ou en jupe. Elle était sujette de fierté et d’admiration. Déjà à partir de son habillement, on pouvait reconnaître la femme congolaise (zaïroise à l’époque). Elle avait certaine identité.

Avec l’avènement de la démocratie et modernité, il y a eu une certaine évolution dans bien de domaines de la vie. Parmi lesquels : la liberté d’expression dans toutes ses formes, voire vestimentaire.

A cet effet, comme toute évolution apporte un éventuel changement, c’est ainsi que l’on assiste à un certain   dérapage dans le comportement vestimentaire de certaines congolaises. Dorénavant, les parties intimes de la fille congolaise qui était jadis protégées, réservées, sont exposées aux vues et au su de tout le monde. Sans respect de soi même, des parents et de la communauté.

Et pourtant, on ne peut pas tout copier de l’occident, au nom de la « modernité ». La femme africaine et congolaise en particulier a des moeurs, des valeurs à préserver. On ne peut pas tout assimiler venant de l’extérieur. Il serait souhaitable de faire un certain, c’est-à-dire, prendre ce qui est bien et conforme aux moeurs et dignités africaines.

Il convient de préciser, qu’il y a de ses filles qui essaient de s’habiller de manière à ne pas offenser les bonnes consciences, mais les autres le font expressément. On ne sait pas qu’est ce qu’elles cherchent.

Il suffit de fréquenter les lieux publics : centre ville, universités, milieux professionnels, ménages voire les églises etc, pour se rendre compte de cette réalité. Conscientes de ce phénomène, les filles ont du mal pour s’assoire, de peur que les parties intimes soient plus exposées. Si elles éprouvent une certaine honte, ce que c’est mauvais.

Puis qu’à tout acte posé s’en suit une conséquence, la nouvelle façon de se vêtir de certaines filles congolaises serait à la base de quelques méfaits déplorables, entre autres les viols, l’inceste, l’harcèlement, l’impudicité, le voyeurisme, l’adultère etc : Une certaine opinion n’a pas hésité de qualifier ce phénomène de la « violence faite aux hommes ».

Elle n’aurait pas tort non plus. Ainsi, le problème de rhabillement est relatif par ce que ça dépend d’une culture à l’autre, certes. Mais, un peuple sans culture est sans identité. Etant qu’africaine et congolaise, il y a certaines valeurs, moeurs et culture à préserver. C’est ce qui fait la force culturelle et identitaire d’un peuple. Ces filles qui  s’habillent en se déshabillant », feraient la honte de la femme africaine en général et congolaise en particulier. Avec tout ce qui vient de l’occident, il y a moyen de l’adapter, s’habiller correctement et être appréciée. Ce n’est pas intéressant, d’exposer ses parties intimes au nom de la mode moderne. Quand on s’habille décemment, on à de la valeur et de la considération.

P-J D/LC

facebook comments:

Close