Référendum en RDC? – La Kabilie déroute

La Majorité présidentielle (MP) n’a jamais caché son intention de pérenniser le bail de son autorité morale à la tête de la République, en violation de la Constitution. Une des devises du PPRD, le parti présidentiel, est « Joseph Kabila, président élu et éligible ». Jusqu’à ce jour, les militants du PPRD continuent à scander cette devise à tue-tête. Comme si, l’échéance passée du 19 décembre 2016, date à laquelle l’actuel président de la République a épuisé son deuxième et dernier mandat, n’a jamais existé.

A la MP, on continue donc à crier sur tous les toits que « le référendum est constitutionnel ». Le porte-parole de la Majorité  l’a encore redit récemment. Certes, le référendum est constitutionnel (article 5) mais il est proscrit pendant la période de transition.

Un des acquis de l’Accord global et inclusif du 31 décembre 2016, indépendamment de l’arrangement particulier, c’est que les 32 délégués aux discussions directes du Centre interdiocésain se sont engagés, au point II.1, à « n’entreprendre ni soutenir aucune initiative de révision et de changement de la Constitution ». Ce, tant pendant la période préélectorale qu’électorale, c’est-à-dire, précise l’Accord, la période de temps qui va « de la signature de l’Accord du 31 décembre 2016 à l’installation effective des institutions issues des élections ».

Dès lors, le projet de préparer le terrain au référendum est une violation de l’Accord de la Saint-Sylvestre. La vague de déchéance des gouverneurs de province et le projet, en cours à l’Assemblée nationale, de ramener le nombre de juges de la Cour constitutionnelle de 9 à 5 membres rentrent dans le schéma du régime de Kinshasa de faire passer le référendum comme une lettre à la poste. Même le plan d’émiettement de l’Opposition fait partie de stratagèmes de la MP de faire passer la pilule référendaire sans aucune contestation.

La MP est appelée à revenir sur la dynamique du Centre interdiocésain. Tenter d’organiser un référendum est un projet voué d’avance à l’échec. Ni le peuple congolais, ni le Rassemblement encore moins la communauté internationale ne cautionneraient une telle forfaiture en lieu et place des élections devant assurer l’alternance démocratique à tous les niveaux.

LP/BL/LC

Que pensez-vous de cet article?
  • Intéressant (15)
  • Triste (7)
  • Stupide (6)
  • Rien à dire (3)
  • Amusant (1)

Vous pourriez aussi aimer