Fonctionnaires et enseignants soutiennent l’idée – Une grève générale annoncée pour demain !

L’Intersyndicale Nationale du Congo (INC) avait convoqué, le mercredi 14 février dernier, une Assemblée Générale dans la grande salle de la Cathédrale Notre Dame de Fatima, dans la commune de la Gombe.

Au cours de cette Assemblée, il était question de mobiliser tous les fonctionnaires de l’Etat ainsi que les travailleurs des entreprises publiques afin de revendiquer leur droit qui, jusqu’ici, n’a toujours pas été mis en application par le Gouvernement comme prévu dans les négociations tripartites syndicats-travailleurs-gouvernement. Sur ce, le message de l’INC a été capté par l’ensemble des travailleurs congolais notamment, les professeurs d’Universités publiques. Ces derniers soutiennent l’idée donnée par cette structure qui a la charge d’accompagner et défendre tous les travailleurs de la République. C’est dans cet ordre d’idée que le 20 février a été annoncé comme journée où la grève devrait débuter.

C’est le tour des fonctionnaires, en général, et les professeurs d’universités publiques, en particulier, de donner leurs avis. A l’Université Pédagogique Nationale (UPN) par exemple, tous les professeurs membres de l’Association des Professeurs de cette institution (APUPN) se disent prêt d’entrer en grève jusqu’à la satisfaction de leur revendication. Rappelons que cette structure regroupant tous les professeurs de cette Université avait convoqué une Assemblée Générale le 7 février dernier. Après leur Assemblée Générale, le compromis trouvé était celui d’aller en grève à partir du 22 février prochain, ce qui coïncide avec le message lancé par l’Intersyndicale Nationale du Congo.

Sauf que pour cette dernière structure, le go doit être donné, sauf imprévu, ce 20 février. Ces professeurs dénoncent également le non-paiement de leurs frais de fonctionnement qu’ils ont l’habitude de toucher chaque mois à la COGIT, une structure chargée de recevoir tous les frais payés par les parents à l’Université. Mais, les enseignants de cette institution n’ont aucunement touché leurs motivations, et ils dénoncent la mauvaise gérance du comité de gestion, ceci fait mouche au sein de l’UPN. Quant aux autres fonctionnaires, ces derniers sont motivés par le message lancé le mercredi 14 février dernier et sont prêts d’entrer en grève mardi 20 février prochain.

BB/LP/LC

Que pensez-vous de cet article?
  • Amusant (1)
  • Rien à dire (0)
  • Stupide (0)
  • Triste (0)
  • Intéressant (0)
Vous pourriez aussi aimer