La musique congolaise en perte de vitesse

La musique congolaise est devenue un champ de théâtre et de comédie, car, il s’observe que certains musiciens se donnent dans la concurrence déloyale, injures et critiques dans les chansons, impolitesse envers les aînés, ingratitude envers leurs anciens patrons pour les uns, traduction des autres en justice sans motif…

En lieu et place de pousser leur culture à aller de l’avant, ces compatriotes se donnent aux futilités et distractions. Ce sont là les éléments majeurs retrouvés au sein de la communauté musicale congolaise. Cependant, ce comportement très condamnable est constaté parmi les musiciens congolais vivant au pays voire ceux vivant à l’étranger. Ce fait, longtemps décrié, serait l’une des causes de la chute libre de la musique congolaise au niveau international.

Une nation, une culture

En effet, les injures et critiques dans les chansons sont devenues une meilleure façon de riposter aux critiques des autres. Or, dit-on, le silence est l’arme des forts tandis que les injures, celle des faibles. En témoignent certains titres du genre «vieux jaloux», «Likambo ya bo gai», «Caligula», «Hosannah, je béni mes jaloux», «Kaniaka», pour ne citer que ceux-là.

Des chansons de ce genre sont nombreuses dans les maisons de disques de Matonge et d’ailleurs. Ces chansons sont, en réalité, des boutades vis-à-vis de certains musiciens congolais. Chose étonnante, cette rivalité ne se limite pas uniquement au niveau artistique. Bien plus, elle touche leurs vies privées.

Retour à la culture

Les musiciens congolais doivent être conscients de ce qu’ils posent comme actes. Car, ils sont un miroir de la culture congolaise dans le monde. Ils doivent aussi savoir ce qu’ils font et doivent faire. Dans le temps, la musique congolaise était respectueuse, en Afrique et dans le monde de par son contenue et aussi les vecteurs.

En somme, la musique en République Démocratique du Congo est devenue un champ de tiraillement, de la haine, d’injures, et d’insanités. Avec ces genres de théâtres, la musique de la RDC n’aura aucun impact au niveau national qu’international. Il serait alors important que les autorités congolaises en charge de la culture et des arts puissent interpeler ces ambassadeurs du pays qui se mangent entre eux afin de remettre de l’ordre, car l’union fait la force.

BB/LP/LC

Que pensez-vous de cet article?
  • Intéressant (4)
  • Rien à dire (1)
  • Stupide (0)
  • Triste (0)
  • Amusant (0)
Vous pourriez aussi aimer